A propos 10


Pourquoi ce blog?

Psychosociologue et Ingénieure de Formation, j’ai durant 20 ans travaillé à aider des personnes de tous ordres à s’insérer professionnellement et socialement.

Les dix dernières années, j’ai travaillé au sein d’une grande entreprise publique à conseiller et accompagner des personnes en recherche d’emploi,  et à aider des entreprises dans leurs recrutements.

J’ai donc pu constater la dégradation du « marché de l’emploi »: les difficultés de plus en plus grandes pour les candidats à l’embauche à réussir ce véritable parcours du combattant, tandis que les recruteurs durcissent toujours davantage leurs critères.

Parallèlement, le travail en entreprise est devenu de plus en plus stressant, de plus en plus générateur de souffrances, de plus en plus pathogène, jusqu’à susciter de plus en plus de burn-out et de suicides.

Il y avait maldonne quelquepart.

D’un côté un parcours devenu surhumain pour « gagner « un emploi, de l’autre des conditions de travail devenues tellement difficiles qu’elles rendent cet emploi inhumain.

Il y avait donc quelque chose à faire .

De mon côté, après avoir travaillé durant 10 ans en CDD ou en vacations dans différentes associations où je m’étais « éclatée »,  je mourais à petit feu au sein d’une entreprise publique qui s’ingéniait à raboter tout ce qui dépasse, à nier toute compétence personnelle, à saborder toute initiative, et nous faisait travailler dans une telle désorganisation et une telle pression, qu’elle en était totalement inefficace.

Pire encore, pour pouvoir travailler consciencieusement et aider vraiment les personnes dont je m’occupais, il me fallait travailler à contre-courant, au détriment du cadre et des ordres qui nous étaient donnés.

De quoi s’épuiser à la longue.

Ce à quoi se sont rajoutés le harcèlement d’une petite chef incompétente et d’un petit groupe de collègues jalouses, et des problèmes de santé,  ce qui a achevé de me faire craquer, et m’a fait prendre la décision.

Je n’en pouvais plus du salariat, du métro-boulot-pas beaucoup dodo-, de cette emprise sur ma vie qu’avait mon travail, qui même si je l’adorais, était en train de me tuer.

Il y a sept ans, j’ai fini par partir, d’abord pour une formation puis pour un congé sabbatique…

Je suis allée m’installer à mon compte dans le sud avec mon conjoint qui m’attendait depuis des années, et mes deux chats….

Et je renais!

Je sais maintenant qu’on peut reprendre sa liberté, que notre vie nous appartient, que nous ne devons laisser à personne le droit de diriger notre vie, et surtout pas pour un salaire de misère.

Que le salariat n’est pas la seule solution pour gagner sa vie, qu’on n’est pas obligé de dépendre d’un CDI pour vivre, et de se subordonner à un patron pour gagner sa vie.

Je sais que vous qui me lisez, vous vous posez les mêmes questions que celles que je me suis posée avant de sauter le pas. Vous vous dites: c’est bien gentil, mais comment?

Et bien, tout cela s’organise et se prépare, bien sûr.

Je vais vous faire profiter de mon expérience, et de tout ce que j’ai pu lire et récolter comme informations pour vous aider à changer de vie.

Après, ce sera à vous de jouer!

Si vous préférerez rester dans le salariat mais simplement changer de boulot, c’est possible aussi!

Tout est possible du moment que c’est vous qui l’avez décidé, que vous choisissez votre vie et non la subissez!

ENSEMBLE, RETROUVONS LE CHEMIN DE LA LIBERTE!


Répondre à Anne-Maude Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 commentaires sur “A propos

  • Floranisse

    Bonjour, je viens de découvrir votre site ce weekend, une mine d’or ! dommage il m’aurait été encore plus utile jusque fin aout 2019, dernier jour à supporter mon précédent service à l’ambiance ultra-malsaine…Heureusement j’ai demandé et obtenu une mutation (par chance un poste se libérait dans la meme ville) et ouf m’y voila, je commence à revivre tout doucement et à retrouver le gout de vivre et meme celui de venir bosser…
    Agent C dans une grande administration qu’on veut réduire par tout moyen et à tout prix depuis des années et maintenant en accélérant la cadence de destruction (« nouveau réseau de proximité »), les conditions d’exercice concretes des tâches quotidiennes s’en ressentent chaque mois un peu plus plus…il faut faire toujours plus avec toujours moins de moyens, et perdre son énergie à cause d’economies de bouts de chandelle chronophages…tout en réalisant les engagements de la « charte marianne » sinon le service entier est montré du doigt (stats). Stress téléphonique car les usagers veulent de vrais contacts et appellent sans cesse jusqu’à obtenir quelqun peu importe qui d’ailleurs, je passe mon temps à répondre  » désolé je ne peux pas vous renseigner il faut contacter le service X à tel numéro ».
    Tout cela serait plus facilement supportable si les agents étaient solidaires entre eux mais non, là il y avait 2 vipères qui font la pluie et le beau temps insidieusement, à coup de médisances dénigrements et coups tordus en douce. Pendant 3 ans j’étais leur cible, avant moi d’autres personnes se sont succédé dans ce role de serpillère, j’ai mis ce temps à comprendre qu’elles ne changeraient pas et que personne ne ferait rien car elles sont les piliers du service, l’élite intouchable qui travaille de façon parfaite malgré le stress…Seule solution pour moi quitter ce lieu, hors de question de rester une 4 ème année car mon efficacité réelle était en chute libre, malgré les heures prolongées je prenais toujours plus de retard et ressentais une fatigue psychique/mentale grandissante. Etant du genre à m’accrocher en serrant les dents, les autres ne voyaient rien et remarquaient seulement mon retard et mon irritabilité au téléphone, pour elles j’étais une faignante incompétente. Tout ce que je faisais, disais ou écrivais était critiqué, dénigré par principe. Si j’osais parler de stress ou de fatigue, on me rétorquais « les autres aussi ». Toute comunication avec ces vipères et leur clique (car elles trouvaient toujours moyen de se constituer un petit cercle de complices) étant impossible, je ne leur parlais plus sauf nécessité absolue. Elles non plus, sauf pour me critiquer ou rabaisser. J’ai perdu toute confiance en moi (déja peu developpée jusqu’alors) et doutais de tout le monde même des collègues qui me montraient leur soutien moral. C’était voulu : que je finisse totalement isolée et confuse dans ma tête, destabilisée. Mais ça n’a pas abouti, mes alliées ont réalisé ce qui se passait et 2 clans se sont formés, sans elles je n’aurais pas tenu jusqu’au dernier jour.
    Maintenant votre site contribue à m’aider à digérer tout ça et me reconstruire, tirer des leçons.

    • Isabelle Belledant Renard

      Désolée de ne pas vous avoir répondu avant, mais je ne recevais plus les commentaires!
      Je suis heureuse que mon site vous aide à digérer et vous reconstruire après avoir dû subir cette situation déplorable, que j’ai moi-même connue. Vous faites-vous accompagner? Il est important d’être aidée dans ce cheminement pas quelqu’un qui vous encourage et vous aide à reprendre confiance en vous…
      Bon courage et donnez de vos nouvelles!
      Bien chaleureusement,

      Isabelle B.R.

  • valéry marque

    Bonjour, je découvre moi aussi votre site Résidant à Lentilly près de Lyon, actuellement en congé sabbatique de 11 mois, je recherche en vain des informations sur la possibilité d enchaîner par une formation. En CDI dans la même entreprise depuis 25 ans et en bon terme avec ma hiérarchie, la loi autorise t elle d’enchaîner un CIF ou équivalent après un congé sab ?
    Merci pour votre retour
    Cordialement
    Valéry

    • Isabelle Belledant Renard

      Désolée de ne pas avoir pu vous répondre plus tôt. Apparemment mon site ne me transmettait plus les commentaires! J’espère que vous avez trouvé votre réponse depuis. Les modalités ont bien changé depuis le CPF, et tout est bouleversé. Dernièrement, la loi ne l’autorisait plus. Mais maintenant, avec le CPF, peut-être que de nouvelles possibilités ont lieu, puisque c’est à vous désormais de financer votre formation. Mais en terme de congé, il faut voir avec votre entreprise s’ils seraient d’accord pour vous voir encore disparaître après un congé sabbatique, sauf s’ils peuvent continuer de vous remplacer…
      Bon courage!
      Bien cordialement
      Isabelle B.R.

  • Laetitia

    Bonjour, je viens de découvrir votre blog. Je réside en Nouvelle Calédonie mais je suis originaire de Métropole. J’ai pris la décision de démissionner il y a 1 mois du poste d’ingénieur/cadre que j’occupe dans la fonction publique calédonienne. Après 2 ans et demi, un bébé (numéro 2 !), une titularisation refusée, des agents ingérables et méchants et un arrêt maladie de 2 mois j’ai dit stop !!!et on en profite du coup pour rentrer chez nous en France, youpi ! 1ère étape de la reconstruction de soi et on a des tas de projets en tant que micro entrepreneur ! Je suis ravie d’avoir pris cette décision même si je perds un super salaire et la vie sous les cocotiers (mais politiquement, socialement et tout le reste, tout dysfonctionne complètement dans cette île perdue et colonisée…) c’est donc un ras le bol général. Je voulais vous dire merci pour le partage de votre expérience, je me sens rassurée, on va y arriver ! A bientôt, Laetitia

    • Isabelle Belledant Renard

      Bravo Laetitia !
      Vous avez eu le courage de dire stop!
      Et de reprendre votre vie qui VOUS appartient!
      Nous n’appartenons pas à une entreprise ou à une administration, Elle n’a pas à décider de notre vie. Nous lui prêtons seulement notre force de travail. Il est bon de temps en temps de s’en souvenir. Même si matériellement, ça peut paraître difficile pendant un certain temps, rien ne vaut la liberté!
      Et l’estime de soi. Et de réaliser ses projets. Je suis de tout cœur avec vous.
      Bienvenue chez vous et bon courage pour le retour en métropole, son ciel gris, son blues permanent et ses tracasseries administratives. Tout cela n’est rien quand on porte le soleil en soi…

      À très bientôt, donnez-moi de vos nouvelles, ce sera avec plaisir que ‘échangerai avec vous!
      Amicalement,
      Isabelle

  • Ninouch

    Merci infiniment pour ces mots qui résonnent en moi.
    J’ai malheureusement vécu la même expérience que vous dans la fonction publique à laquelle je rêvais d’accéder.
    Travailler pour ma ville que je chérissais tant, défendre des valeurs citoyennes… La déconvenue n’en a été que plus difficile.
    J’ai été confrontée à des cheffes qui voyaient en moi une rivale, là où je voulais apprendre d’elle et collaborer dans le but d’accomplir au mieux mes missions. Elles m’ont par la suite cassée, maltraitée, humiliée… Je me suis rendu compte de ma part de responsabilité, j’ai laissé cela arrivé.
    J’ai changé de domaine au sein de la fonction publique deux fois par la suite pour me rendre compte que c’est cette organisation et ce management qui ne tient pas compte du fonctionnement humain qui ne me convient pas.
    Votre témoignage me conforte dans mon choix de prendre ma liberté financière. Merci infiniment

    • Isabelle Belledant Renard

      Merci à vous! Si mes mots et mon travail peuvent aider d’autres personnes, alors, je n’ai pas vécu tout cela pour rien… 😉
      Merci beaucoup de ces paroles sincères et bon courage pour votre changement. Si je peux vous aider à quelque chose, ce sera avec plaisir! 🙂

  • Anne-Maude

    J’adore! J’adore ton positionnement, tes idées, ton slogan! J’adore ton courage d’avoir su quitter acquis et « sécurité »! Et je partage ton avis: Tout est possible du moment que c’est vous qui l’avez décidé, que vous choisissez votre vie et non la subissez!
    Et le contexte, la conjoncture devient tellement difficile qu’il faut absolument trouver des alternatives à un système qui a plus qu’atteint ses limites…

    Je ne pourrai malheureusement pas profiter pleinement de tous tes conseils car j’habite en Suisse, autant dire un autre monde!

    Si ça t’intéresse, j’ai écrit un article « raréfaction du travail: une opportunité de faire fructifier le temps libre? » qui est dans la même veine… On en reparle?

    • Isabelle BelleIsa

      Merci beaucoup Anne-Maude pour ton enthousiasme et ton commentaire! Ca me fait très plaisir. Je suis allée lire ton article et l’ai beaucoup apprécié ainsi que ton blog. Je t’ai laissé un commentaire d’ailleurs et me suis abonnée. Abonne-toi aussi au mien, tu seras ainsi au courant des derniers articles! 😉 Même si les conseils pratiques que je donne concernent le marché et le code du travail français principalement, j’aborderai aussi d’autres thèmes plus généraux qui concernent tout le monde, sur la motivation, l’investissement au travail, le burn-out, l’équilibre vie-privée-vie professionnelle, la notion de réussite, etc… Alors à bientôt, j’espère! Isabelle